Le mot du Président

Ensemble, préservons notre qualité de vie.

A la fin des années 60, de nombreux élus soucieux d’améliorer le cadre de vie, souhaitent supprimer les décharges sauvages et offrir une solution de traitement des déchets ménagers adaptée.
Aussi, après deux années d’étude, la première pierre de l’usine d’incinération de Saint-Pantaléon-de-Larche est posée en 1971 pour entrer en service en 1972.
Parallèlement, des syndicats chargés d’organiser la collecte des déchets et de l’acheminement vers l’unité de traitement se créent. L’usine d’incinération va alors très vite évoluer afin de répondre à la demande de nombreuses communes qui souhaitent fermer leur décharge, et trouver des moyens de traitements appropriés.

La problématique se fait également ressentir dans le nord de la Corrèze où de nombreuses décharges de taille plus ou moins importantes sont génératrices de fortes nuisances et de pollution.
Il est alors décidé de créer une deuxième unité de valorisation énergétique à Rosiers-d’Egletons pour satisfaire aux besoins du département, et c’est ainsi qu’un consensus départemental se dégage, qui aboutit à la création d’un Syndicat de Transport et de Traitement des Ordures Ménagères qui sera dénommé « SYTTOM 19 ».

Parallèlement, le département accompagne les communes et syndicats de collecte pour assurer la réhabilitation des décharges existantes et contenir les pollutions qu’elles génèrent.
Le plan de réhabilitation des décharges entrepris après la mise en service de l’U.V.E. de Rosiers-d'Egletons conduira à la dépollution et à la réhabilitation de plus de 130 décharges sur le territoire du SYTTOM 19.

Après 15 ans de travaux, l’ensemble des décharges départementales auront été réhabilitées et seul le C.E.T. de Perbousie est habilité à recevoir les déchets destinés à l’enfouissement.
La filière valorisation énergétique mise en place dès 1972 sur le département, aura permis de préserver nos territoires, de valoriser les ordures ménagères résiduelles en produisant de l’énergie, mais surtout de prendre en charge aujourd’hui, l’élimination des déchets que nous produisons sans en confier la responsabilité aux générations futures.

Les nouvelles technologies en place sur les unités de valorisations énergétiques permettent de garantir et contrôler les émissions comme aucun autre procédé de traitement des déchets résiduels ne le permet aujourd’hui.
Ces installations sont dimensionnées pour éliminer les déchets résiduels que nous n’aurons pas été en mesure de valoriser par la collecte sélective ou d’éviter par les mesures de prévention en place dans les syndicats de collecte (compostage individuel, achat écoresponsable…).

Au-delà du simple traitement des déchets, la priorité du SYTTOM 19 est d’accompagner ses partenaires pour offrir des solutions de valorisation maximales des déchets ménagers résiduels ou recyclables dans les meilleures conditions économiques et environnementales.

C’est pour permettre à chaque collectivité adhérente d’offrir le meilleur service de collecte possible et de développer ses actions en termes de collecte sélective et de prévention, que le SYTTOM 19 a lancé une étude dans chaque collectivité adhérente.

L’objectif est que chaque collectivité dispose d’une collecte sélective efficace et engage des actions de prévention pour respecter les objectifs du Grenelle de l’environnement.

Cette étude qui s’est terminée en juin 2011 permettra :

  • Une couverture en collecte sélective sur 100 % du territoire.
  • La mise en place d’actions innovantes dans certaines collectivités adhérentes.

 

Marc CHATEL